REC Rugby Rennes Site officiel


Nouveau promu en Fédérale 1 le 27 mai 2018

Fédérale 1 : les arrivées

Alexandre Fau : ''Un nouveau défi''

Accueil > Equipes séniors > Alexandre Fau : ''Un nouveau défi''
Jeune talonneur formé à l'école de la Fédérale 1 à Limoges, Alexandre Fau s'est lancé un nouveau défi en débarquant en Bretagne. Présentation.
Alexandre_Fau
Présentation d'Alexandre Fau
Alexandre_Fau
Alexandre Fau avec l'USAL contre Bassin d'Arcachon ©Photographe Manue Elle

Est-ce que tu pourrais te présenter ? 

Je viens d'avoir 23 ans et je viens de Limoges. C'est particulièrement vrai parce que je n'ai jamais été ailleurs. J'ai été formé à l'USAL, j'ai commencé là-bas à l'âge de quatre ans et j'y ai évolué jusqu'à l'équipe fanion. 

Tu es passé par le centre de formation de l'USAL pendant trois ans, quel souvenir en gardes-tu ? 

Tout ce que je tire de l'expérience du centre de formation à Limoges est positif. Ça m'a permis de grandir en tant que joueur, j'ai beaucoup appris sur le travail, la technique, mon poste et même dans la vision du jeu. Quand tu passes plus de temps à t'entraîner, tu te rends compte de l'importance des détails ; ce que tu ne vois pas forcément avant dans des entraînements collectifs. Et par conséquent, cela a changé ma manière de m'entraîner. En tant qu'homme également d'avoir grandi avec un groupe de potes. Quand ça se passe bien sur le terrain, ça se passe bien en dehors, et inversement. 

Véritable limougeaud donc, tu as porté le maillot de l'équipe première, qu'est-ce que cela t'a procuré ?

C'est à double tranchant. À la fois j'étais le gars du club, ça donne une légitimité et j'ai pu devenir capitaine, assez tôt en jeunes. Mais ça ne m'a pas forcément aidé ensuite car j'étais le talon du club et c'était difficile de franchir le cap suivant. C'est aussi ce qui m'a poussé à partir et je me suis mis en quête d'un nouveau défi

Quel regard portes-tu sur cette dernière saison ?  

J'étais très attaché à l'équipe espoir de Limoges car j'y suis arrivé à 18 ans tout juste, sur la pointe des pieds. En partant, ça faisait un an et demi voire deux que j'étais capitaine. À côté je m'entraînais avec les pros. Avec ce groupe, on va en demi-finale et on perd contre Albi de trois points. C'est une très belle aventure. Et je pense avoir beaucoup appris en m'entraînant avec le groupe première et en jouant fréquemment avec les Espoirs. 

Qu'est-ce qui t'a plu dans le projet rennais ? 

Le club se donne les moyens de ses ambitions sans être démesuré. Je recherchais un nouveau défi et l'image que dégage cette équipe m'a plu. C'est un club familial, qui démontre des valeur humaines. Je veux repartir à zéro, découvrir autre chose et sortir de ma zone de confort. Changer de couleurs va également me permettre de découvrir de nouvelles manières de m'entraîner et de me préparer. 

Quelle image as-tu de la Fédérale 1 ? 

Je pense que la différence ne va pas se faire forcément sur les matchs. Parce que l'équipe de Rennes sort de play-offs où les joueurs ont obtenu leur montée. Donc l'enjeu, l'équipe sait ce que c'est. Et dans le sens où dans des matchs de championnat de Fédérale 1, l'enjeu n'est pas forcément plus lourd. Là, où il va y avoir une exigence certaine à avoir c'est sur le souci du détail, notamment aux entraînements. Les joueurs qui viennent du dessus comme Morne (Vletter), Victor (Paquet), Rome (Nifo Taelaga) et d'autres, vont beaucoup apporter sur ce plan

Quelle impression as-tu en regardant la poule ?

Je suis super content qu'il y ait des grosses équipes. Quand tu es promu, c'est la logique de perdre contre eux et c'est un exploit quand tu les bats. Donc c'est un défi qui me plaît. À Limoges, on a toujours été les outsiders et ça ne nous a pas empêché de battre Massy, Nevers... et cela devient de supers souvenirs qui servent ensuite. Le fait de commencer à Dax, c'est très costaud mais ça peut lancer la saison. Sinon, il y a beaucoup de clubs que j'ai rencontrés, en Espoirs ou avec la première et il n'y aura pas de week-end facile, c'est sûr. Comme Nantes, que j'ai affronté l'an passé, avec les espoirs. Pour l'anecdote, j'ai croisé Timothé (Massicot) qui arrive à Rennes aussi, il était bien pénible d'ailleurs donc j'étais content quand j'ai vu qu'ill signait ici car un neuf pénible c'est généralement bon signe (sourire). 

Comment se déroule le début de la prépa ? 

Je commence à découvrir le groupe. On a commencé un travail physique un peu intense et c'est important pour créer des liens. Dans le jeu courant, ça va venir peu à peu. Mon premier retour est très positif. 

Un dernier mot ?  

Je peux remercier tout le monde car je n'ai de soucis avec personne. L'USAL car j'y ai passé beaucoup de mon temps. J'y ai beaucoup donné et ça m'a apporté beaucoup de plaisir de jouer avec ces mecs là. Donc je voudrais les remercier. Et puis Rennes, car je pense que ça va être une belle aventure et je suis content d'en faire partie. 

Jean

Documents

Actualités

Total régal contre Trélissac

REC-SAT

21 octobre 2018

La réception de Trélissac, vice-champion de France, promettait un combat féroce pour des Bretons décidés à maintenir leur dynamique...

Focus sur Anthony Quemerais avant la réception de Trélissac

REC-Langon

18 octobre 2018

Arrivé du SC Le Rheu à l'intersaison, le pilier gauche Anthony Quemerais s'est rapidement fait une place dans le paysage noir et...

JP Taljaard : ''Un rêve de pouvoir jouer en France''

Taljaard

17 octobre 2018

Trois-quarts centre puissant, Juan Pierre Taljaard vient renforcer la ligne de trois-quarts noire et blanche. Après l'Afrique du Sud,...

Leçon de volonté face à Rouen

Groupe

14 octobre 2018

Au terme d'un combat rude et d'une prestation aboutie, les Rennais ont ramené un point de leur déplacement sur la pelouse du leader...

Tous les actualités