REC Rugby Rennes Site officiel

Avant-match, J3

Avant Saint-Denis, présentation de Joris Lezat, demi de mêlée

Accueil > Equipes séniors > Avant Saint-Denis, présentation de Joris Lezat, demi de mêlée
Demi de mêlée, débarqué d'Irlande il y a une saison, Joris Lezat a apporté sa vivacité et sa bonne humeur au groupe senior. Entretien avec un joueur ambitieux.
Joris Lezat
Joris Lezat à la baguette lors de la première journée de championnat face au Rheu ©JM
Joris Lezat
Joris Lezat sous les couleurs de Beactive Rangers (Irlande)
REC-SDUS
Logo Saint-Denis Union Sportive
REC-SDUS
Julien Bouillère fait partie des hommes forts du début de saison du SDUS ©BJ Rugby

Joris est arrivé, à l'entretien, affublé de sa teinture blonde souvenir de l'été passé. Le demi de mêlée noir et blanc qui se définit comme ''rigolo et hyperactif'' en dehors des terrains ; ''vif et qui aime plutôt bien le chocolat'' sur le pré, s'est exprimé pendant une demi-heure avec son sourire qui ne le quitte qu'au moment de traverser le tunnel le dimanche à 14h59. 

Formé à l'école de rugby de Saint-Lô où il débute le rugby à l'âge de 5 ans, Joris découvre l'Irlande à 18 ans. En effet, il débarque à Dublin en rejoignant les rangs des Beactive Rangers. ''J'y suis arrivé par le biais d'un copain, je jouais au Rangers et en parallèle je travaillais dans le recouvrement''. Le demi de mêlée normand a donc tenté l'aventure étrangère, et cela lui a plutôt bien réussi, ''c'était un niveau similaire à la Fédérale 1/Fédérale 2, j'y ai appris à m'adapter à d'autres formes de jeu. J'ai aussi découvert une autre culture de l'entraînement beaucoup plus basé sur la technique et la répétition de celle-ci''. La réalité des divisions du championnat irlandais ne correspondait également pas au cliché du jeu irlandais qui a bâti la réputation du XV du Trèfle sur une conquête très performante et un pack dominant : ''le jeu y était très aéré avec par exemple des piliers très mobiles. Il y avait quatre équipes dans le club. J'ai commencé par la quatrième équipe, puis je suis monté avec la troisième équipe, ensuite avec la deuxième jusqu'à la première''. 

 

Retour en France 

 

Après un an et demi dans la capitale irlandaise, Joris revient en France, direction Rennes. D'abord, une question d'opportunités, ''je suis, dans un premier temps,  venu ici pour les études, car j'ai obtenu un poste de commercial. Au club, je connaissais déjà des joueurs comme Romuald (François), Romain (Lefranc), Luis (Le Paudert) qui viennent aussi de Saint-Lô''. Après avoir dû prendre la mesure du rugby irlandais, le retour au championnat hexagonal a nécessité une période de ré-adaptation : ''au début ça a été compliqué au niveau de l'organisation sur le terrain. En Irlande, ça a été délicat de passer du Français à l'Anglais et à mon arrivée à Rennes, de repasser de l'Anglais au Français''. 

Joris rejoint un club alors en pleine progression, ''je n'ai pas connu la saison précédent mon arrivée avec le maintien sur tapis vert ; mais il est souvent question du ''renouveau'' du REC comme peuvent le souligner les capitaines. Je n'ai connu que du positif avec le groupe. On visait le maintien et on est arrivé à un tour de la montée''. 

Après avoir réalisé une grosse intersaison sur le plan physique, ''j'ai essayé de faire une grosse préparation, de me concentrer à fond. Le dernier match face à Orsay donne envie de rejouer de telles confrontations'', Joris souligne le bon début de championnat, ''on gagne nos deux premiers matchs donc c'est déjà hyper positif. On a un projet de jeu qui est assez bien compris par tout le monde et qui permet d'avancer vite, en match comme à l'entraînement. L'osmose dans le groupe et la très grosse prépa encaissée nous permettent de bien débuter''. Il n'est évidemment pas question de s'arrêter en si bon chemin ; pour Lezat et ses coéquipiers, il est désormais temps de se tourner vers le prochain match et Saint-Denis qui se déplacera en terre bretonne pour le compte de la troisième journée.

 

Saint-Denis, un gros morceau du championnat

 

Fondé il y a plus de 80 ans, le SDUS est une place forte du rugby de la capitale. Les ciels et blancs ont retrouvé la Fédérale 2 il y a deux saisons, au même moment que le REC. Et ne font que monter en puissance depuis. Notamment grâce à un recrutement ambitieux. Par exemple, Michel Denêtre, ancien centre d'Albi en PRO D2, avait rejoint le club il y a deux ans. Également grâce à une politique tournée vers les divisions supérieures, ce qui a permis de faire revenir des anciens joueurs du crû comme Mamadou Diakité, revenu au club, après un passage par la Fédérale 1 et Saint-Nazaire ou encore le talonneur Jeremias Sanches Pereira également passé par le Sporting Nazairien et précédemment en PRO D2 à Carcassonne (il évolue désormais à Orléans). En deux années de championnat, les Séquano-Dyonisiens se sont donc imposé comme une équipe solide de la Fédérale 2, participant notamment aux play-off en mai dernier. Cet été, le club parisien a connu de la rotation, au niveau du staff et des joueurs. Désormais le projet de jeu est plus tourné sur le jeu offensif et moins sur le défi physique, qui restera cependant une force de l'équipe. Le 3/4 Julien Bouillère fait partie des hommes forts du début de saison avec 41 points inscrits en deux rencontres. Les hommes de Jonathan Marquais et Domingo Ulloa ont bien débuté le championnat en dominant Arras (31-16) avant de s'incliner devant Chartres (25-30). Le déplacement en Bretagne est donc le premier de la saison pour les joueurs du SDUS. 

Pour Joris, le groupe ''a un objectif de points sur le premier bloc qui est toujours valable après ces deux premiers matchs. Saint-Denis ça va être important. De plus, il y a l'objectif de faire perdurer le plus longtemps possible l'invincibilité à domicile. C'est quelque chose de primordial. Il faut donc viser la victoire et si possible avec la manière''. À Joris de conclure, ''la vie est une fête. À la victoire et slancha (santé en irlandais'') (rires) ! ''Krogit'' !  

Jean 

 

Le portrait chinois de Joris 

Si tu étais... 

Une chanson ? Les oies sauvages de Michel Delpech. 
Un animal ? Le singe parce que malin comme un singe ! 
Un muscle ? La langue elle est toujours active et c'est le muscle le plus fort du corps humain. 
Un autre poste que 9 ou 10 ? Troisième-ligne aile. 
Une boisson ? La Guiness depuis l'Irlande. 
Un joueur qui t'a inspiré ? Benji Marshall (NDLR : joueur néo-zélandais de rugby à XIII) et Antoine Dupont (NDLR : demi de mêlée du Stade toulousain) en référence à Kevin (NDLR : Courties). 

 

-Dimanche 01 octobre
-13h30 pour les Espoirs
-15h pour la première
 -Match à suivre en direct sur Twitter : @rennesrugby 

Documents

Actualités

Le réalisme rennais vient à bout de vaillants Marcquois

REC-Marcq

18 février 2018

Au programme de la seizième journée, les Récistes recevaient l'Olympique Marcquois. Malgré la pluie et un ballon glissant, les...

Direction l'équipe de France Universitaire pour Sébastien Fasquel et Mathieu Brignonen

Fasquel-Brignonen

15 février 2018

Sébastien Fasquel, ailier, et Mathieu Brignonen, arrière, sont sélectionnés en équipe de France Universitaire à XV pour le match...

Entretien vidéo avec Sébastien Magnan avant Marcq-en-Barœul

Sébastien_Magnan

15 février 2018

Sébastien Magnan, trois-quarts centre, s'est confié avant la réception de l'Olympique Marcquois. L'évolution du club depuis son...

Les entraineurs de la S3 se confient

Entraineurs_S3_FullSizeRender-2

09 février 2018

Sylvain Beurel et Sébastien Martin se sont présentés et se sont confiés sur le bon début de saison de leur équipe.

Tous les actualités